Rechercher
  • dgibassier

Enseigner la comptabilité du développement durable - pari réussi

J’ai enseigné au cours des années cette vaste thématique sous différents angles. Tout d’abord la comptabilité carbone (2013), l’introduction à la comptabilité du développement durable (2011/2012, 2016-2018), le reporting intégré (sous format long et court, 2016-2018), et cette année, j’ai enseigné « l’évalution de l'impact sociétal des entreprises », sous forme d’un module de 15 heures en deuxième année de grande école à Audencia.


A ma grande surprise, mais en phase avec l’année 2019 qui s’est révélée être clairement l’année de la comptabilité du développement durable, mon cours était plein (42 élèves, en option). Le succès ne s’est pas démenti : de nombreux élèves sont partis en stage aujourd’hui en comptabilité du développement durable en entreprise, en cabinets d’audit ou dans les cabinets de consultant. Le cours a été décrit comme « Le meilleur cours de ce semestre, où l'on acquiert des connaissances et compétences très utiles. Très professionnalisant ». Je peux dire après la correction de l’examen (loin d’être simple : contrôle de gestion du développement durable, analyse du reporting GES de LVMH, puis analyse des différences entre un E P&L et un modèle « multi-capitaux »), que le pari est réussi, avec 25% de 19 et 20 !


Voici ce que les étudiants ont pu apprendre au dernier semestre. Les 5 séances abordent :


1/ nous parlons du « context-based », des planetary boundaries, du « doughnut », mais aussi des points clés différenciants de la comptabilité du développement durable. Nous analysons la variété des points de vue (et des reportings) avec le cas Nestlé, et nous abordons la géopolitique avec le débat d’oxford !






Top quand les étudiants te parlent de Chief Value Officers dans leurs copies!

2/ dans la deuxième séance, nous abordons le contrôle de gestion du développement durable. J’ai décrit cette séance ici.






3/ Dans la séance 3, cap sur le capital naturel, avec plus précisément le changement climatique. Nous abordons les points de base (mais au fait, comment ça se calcule ? les scopes ?) et les points cruciaux (les Science-based targets, le TCFD, le CDSB, la neutralité..)





4/ Dans la séance 4, nous faisons un détour par les capitaux « social, humain, sociétal », particulièrement à travers les droits humains (Unilever), la matérialité des droits humains, la pauvreté et le report du « capital » humain (SSE).






5/ La dernière séance les emmène dans le « nouveau » monde des comptabilités qui touchent au compte de résultat, voir au bilan. Nous regardons les full cost accounting (E P&L de Kering), les multi-capital accounts (Yorshire Water), les modèles intégrés (Olam), mais aussi nous parlons des autres (notamment l’organizational LCA et le social and economic footprint Accor/Utopies/Quantis).







Vivement l’an prochain ! En attendant, j’enseigne ce sujet aussi en formation continue, soit à Audencia (formation en entreprise par exemple) soit à la DFCG (prochaines dates 20 et 21 avril).

49 vues

© 2019 by D.GIBASSIER. Proudly created with Wix.com

  • Twitter Icône sociale
  • LinkedIn Social Icône
  • ssrn
  • researchgate
  • google scholar